The Wandering Earth

J’ai appris par hasard la disponibilité sur Netflix du film chinois The Wandering Earth, inspiré d’une nouvelle de l’auteur de science-fiction Liu Cixin (dont j’ai lu et peu aimé Le Problème à trois corps). Le film a eu un gros succès en Chine, et la curiosité m’a incité à le visionner.

Synopsis

Le Soleil est en train de mourir. Un groupe d’astronautes essaye de trouver une nouvelle planète habitable pour sauver la race humaine.

Histoire

Bon, déjà, la personnage qui a rédigé le synopsis n’a pas dû voir grand chose du film. En effet, le Soleil va détruire la Terre sous une centaine d’années et le reste du système solaire sous 300 ans. Mais les gouvernements terriens s’unissent et créent 10 000 réacteurs pour stopper la rotation de la planète (tuant plus de 3 milliards d’humains au passage, les autres se réfugiant loin sous la surface dans des cités surpeuplées…) et propulser la Terre qui devient ainsi un vaisseau spatial. Elle est précédée par une station spatiale internationale qui lui ouvre le chemin et contient des échantillons de sauvegarde de toutes les espèces terrestres.

Un jeune garçon, dont le père est justement sur le point de quitter la station et de revenir à la maison une fois son temps de service achevé, décide d’aller se balader à la surface où il fait – 70°C. Il vole le badge d’accès de son grand-père, chauffeur de poids-lourds très spéciaux, et emmène sa sœur adoptive. Problème : le passage au large de Jupiter, qui devait aider la Terre en la catapultant hors du système solaire, ne fonctionne pas comme prévu et la planète géante attire la (planète) bleue, menaçant de la détruire. Heureusement, père et fils vont en parallèle faire le maximum pour sauver la Terre et (spoiler) y arriver.

The Wandering Earth

Avis

Petite surprise au lancement, je me retrouve avec un film en mandarin, sous-titré en anglais ! Un petit tour dans les réglages plus tard, je me rends compte que le français n’est pas disponible pour l’audio, c’est donc en anglais que j’ai regardé le film. On se demande d’ailleurs pourquoi Netflix n’a pas pris (prix ?) la peine de faire doubler le film, à moins qu’il ne soit pas vraiment destiné en priorité au marché français qui en hérite à l’insu de son plein gré. D’ailleurs, la chaîne n’a pas communiqué dessus, et même son compte Youtube n’y présente pas de vidéo… Suit un générique qui fleure bon le communisme et la grandeur du peuple chinois !

Découvrons ensuite une ville souterraine empreinte de Chine puisque l’action se déroule lors du Nouvel An local. Le jeune héros taciturne et énervé (puisque son père l’a abandonné pour aller dans les étoiles – mais lui a aussi sauvé la vie en lui accordant un pass pour vivre sous terre), trimbale sa sœur tête à claque et sans doute débile mentale légère (elle aimerait faire des bulles de chewing gum dans le casque du scaphandre qui lui permettra de survivre à la surface). En chemin, ils volent un véhicule grâce au permis de leur papy pour aller se balader, le garçon apprenant sans trop de soucis en quelques minutes à conduire le monstre mécanique. De là, ils se joignent à des militaires chinois qui veulent redémarrer un des nombreux réacteurs venant justement de tomber en panne.

The Wandering Earth

Une série de mésaventures les attend mais le petit groupe héroïque saura trouver une solution au conflit des planètes (sic). Et dans la station spatiale, le père qui n’est pas en reste déjoue un ordinateur rigide pour en prendre le contrôle et sauver lui aussi la Terre… on notera qu’il est aidé par un ami… russe (solidarité communiste ?).

Le reste du film est à l’avenant, avec un scénario digne d’un film catastrophe diffusé sur la TNT lors d’un dimanche pluvieux. Les personnages sont peu caractérisés et très caricaturaux (garçon grognon mais courageux, fille puérile mais gentille, militaires bornés mais héroïques, grand-père gesticulant mais au grand coeur, père digne mais aimant, geek informatique armé de dés polygonaux etc…). Les acteurs, eux, sont relativement peu inspirés, seul Jing Wu sort du lot, et leur jeu est souvent outrancier, très surjoué comme dans le peu de films orientaux que j’ai vus. Et même le montage est étrange, avec des séquences qui semblent tronquées et aux enchaînements abrupts malgré la durée du film (plus de deux heures).

The Wandering Earth

Oscillant entre séances d’action à grand spectacle et d’autres tire-larmes, The Wandering Earth est plutôt mal joué, pas très bien tourné, bourré d’incohérences et de facilités, tel une copie d’un blockbuster américain décérébré des années 90 à la Armageddon. Une curiosité que ce film chinois qui a eu beaucoup de succès localement mais n’est sauvé que par ses beaux trucages. Dommage.

Note

Notation film 1 sur 5

Fiche technique

Réalisateur : Frant Gwo
Acteurs principaux : Jing Wu, Qu Jingjing, Guangjie Li
Date de sortie : 30 avril 2019 sur Netflix
Durée : 2 h 05

Bande-annonce


2 réflexions sur “The Wandering Earth

Répondre à Aelinel Ymladris Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.