Source Code

affiche du film Source Code

Synopsis

Colter Stevens se réveille en sursaut dans un train à destination de Chicago. Amnésique, il n’a aucun souvenir d’être monté dedans. Pire encore, les passagers du train se comportent avec lui avec familiarité alors qu’il ne les a jamais vus. Désorienté, il cherche à comprendre ce qui se passe mais une bombe explose tuant tout le monde à bord. Colter se réveille alors dans un caisson étrange et découvre qu’il participe à un procédé expérimental permettant de se projeter dans le corps d’une personne et de revivre les 8 dernières minutes de sa vie. Sa mission : revivre sans cesse les quelques minutes précédant l’explosion afin d’identifier et d’arrêter les auteurs de l’attentat.

A chaque échec, les chances de pouvoir revenir dans le passé s’amenuisent. Alors qu’il essaie d’empêcher l’explosion, ses supérieurs lui apprennent qu’un deuxième attentat est en préparation en plein cœur de Chicago et qu’il ne s’agit plus de protéger les quelques passagers du train mais la ville toute entière. La course contre la montre commence…  

Histoire

Source Code est un film de S.F. intelligent, sous une apparente simplicité. Ici, pas de débauche de trucages, mais un simple train de banlieue qui sert de cadre à l’histoire, une boucle temporelle. Et alors qu’on pourrait craindre la répétition ad nauseam des 8 minutes qu’a le héros (Jake Gyllenhaal, remarquablement sobre) pour stopper une catastrophe imminente, le film bascule assez rapidement vers une interrogation paranoïaque digne d’un Philip K. Dick, qui nous dévoilera les dessous de l’histoire.

source code Jake Gyllenhaal

Avis

La quête de son identité, de sa famille, va se dérouler en parallèle de la recherche d’un criminel, tout en essayant de profiter d’une courte romance avec son amie (la belle Michelle Monaghan). Un thème supplémentaire se rajoutera encore avec les conditions de l’expérience qui est menée, et l’éthique discutable de l’utilisation de ce cobaye humain, ainsi que les interrogations d’une militaire (jouée par Vera Farmiga) tiraillée entre son devoir et son sens moral personnel. Même si la fin peut paraître facile car elle sacrifie au happy end traditionnel (passage obligé du film américain grand public ?), elle a au moins le mérite de le faire intelligemment en s’ouvrant, là encore, à d’autres perspectives classiques de la S.F.

Note

⭐⭐⭐⭐

Sous des dehors relativement simples de film action/S.F., Source Code se révèle donc plus subtil que prévu en brassant agréablement plusieurs thèmes. Un très bon film, le second réalisé par Duncan Jones (après Moon) qui montre qu’on peut faire de la S.F. intelligente sans une surenchère d’effets spéciaux.

Fiche technique

Bande-annonce

Commander

Restez informé !


2 réflexions sur “Source Code

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.